Mon savoir faire

A la recherche de mon savoir-faire

Mon histoire commence bien avant ma naissance et d’une famille, Les “Le’clech” Bretons des Côtes du Nord, aujourd’hui Côtes d’ Armor. Les femmes sont à l’honneur. Mon arrière Grand-Père étant décédé, des suites de ses blessures en 1919.

Une Mère Anna née Lelouet ( Mon arrière Grand-Mère) et ses quatre Filles mes Tantes; Marie-anne (Ma grand-mère), Léonie, Marguerite et Marie et toutes ont de l’importance dans mon apprentissage de Crêpier (et d’homme mais c’est une autre histoire).

Les Crêpes, à la maison, sont présentes depuis aussi loin que ma mémoire puisse aller, mais la passion est née aux alentours de mes huit ans quand ma tante Léonie me laisse seul avec la Billig (Galettière) le temps de répondre à un coup de téléphone.

Je prends le Rozell ( râteau à crêpe) et la bolée pleine de pâte à crêpe dont elle avait l’habitude de se servir ; je verse sur la Billig et je tourne ma première Crêpe, surpris qu’elle soit aussi belle ; et même si je ne m’en souviens pas, elle a du être délicieuse.

Je remplis la bolée que je remets à sa place, je range et nettoie ce que je peux…. Tante Léonie en revenant ne se laisse duper et voit bien ce que j’ai fait, (légère colère, vous pensez bien, un enfant de huit devant une Billig à 240 degrés) me dit “puisque tu veux apprendre et bien tu vas finir la bassine de pâte”( Gloup’sss énorme à mes yeux) mais si gentille que je n’en tournais que 6 à 8. Voilà j’ai huit ans et je sais tourner des Crêpes… La suite